Liste Core in Fronte : l’outsider nationaliste

Conduite par Paul Félix Benedetti, la liste de Core in Fronte a été déposée officiellement le 14 mai, mais elle avait été la première, parmi les Nationalistes, à être dévoilée dans son intégralité, dès le 9 mai.

C’est la seule extérieure à celles des anciens partenaires de la Coalition Pè a Corsica, qui se présentent cette année aux Elections Territoriales en ordre dispersé, sous l’égide de trois chefs de file : Gilles Simeoni, Jean-Guy Talamoni et Jean-Christophe Angelini. Core in Fronte, ou l’organisation représentant ce même courant, u Rinnovu naziunale, n’avait pas d’élu à l’Assemblée de Corse depuis 2015. Son leader, Paul Félix Benedetti, y siégeait précédemment, en tant qu’élu de Corsica Libara, Mouvement dont il s’était retiré en 2012.
La liste actuelle révèle la présence de quelques candidats d’ouverture, mais elle est essentiellement constituée par des militants nationalistes, engagés pour la plupart de longue date. Ils ne sont toutefois pas tous issus des rangs fondateurs de Core in Fronte.

Parmi les candidats, émerge notamment un nom très connu du monde nationaliste: Paul Quastana, présent à la cinquième place. C’est un ancien Conseiller de l’Assemblée de Corse où il avait été élu sous l’étiquette Corsica Nazioni, à l’époque notamment des Accords Matignon. Il vient des rangs de la Cuncolta Naziunalista, liée au Flnc dit Canal historique, au moment où l’organisation clandestine avait implosé en factions rivales.

Dans les rangs des candidats appartenant à la nouvelle génération, on dénombre Serena Battestini. Jusque-là, elle était membre de Femu a Corsica et avait même été élue sous cette étiquette aux Municipales de Bastia. C’est par ailleurs la fille de “Nanou” Battestini, l’un des premiers militants du Flnc. Incarcéré à la fin des Années Soixante-Dix et lourdement condamné, il a fait partie des signataires de la lettre aux élus de l’Assemblée de Corse, publiée récemment par des militants nationalistes historiques. 

Quant à Serena elle-même, elle a été, très jeune, l’une des porte-parole du Mouvement appelé Manifeste pour la Vie, créé à la fin des Années 90. Il prônait l’arrêt de la violence et dénonçait la “loi des armes” et ses dérives, ayant entraîné les affrontements fratricides entre nationalistes.

Le profil de la liste de Core in Fronte révèle de fait la capacité de cette mouvance -très active sur le terrain- à fédérer des militants nationalistes venus d’autres horizons que ses premiers soutiens. Face à l’implosion de la Coalition Pè a Corsica et à la déception d’une partie du monde nationaliste par rapport à la gestion des actuels élus de cette mouvance, elle représente un courant qui semble appelé à prendre une plus grande ampleur sur la scène politique insulaire. Ses résultats constituent l’une des inconnues majeures de ces élections.

Laisser un commentaire

Corsica.news

GRATUIT
VOIR