Liste Angelini: “Avanzemu”

Présentée le 10 mai à Porto Vecchio, mais sans que les noms de tous ses membres soient alors dévoilés, la liste de Jean-Christophe Angelini a été rendue publique ce 15 mai dans son intégralité, lors d’un rassemblement de tous les candidats à Corte. Intitulée “Avanzemu”, elle affiche haut et fort son objectif : arriver en tête des formations nationalistes et devenir le pivot autour duquel s’organisera la nouvelle Majorité à l’Assemblée de Corse.

L’un des atouts-maîtres d’Avanzemu, c’est son chef de file, omniprésent dans les sphères politiques et économiques insulaires: conseiller sortant, Jean-Christophe Angelini, leader du PNC, est Président de l’Adec et de l’Office foncier, Président de la Communauté de communes Sud Corse et maire de Portivechju !

Au-delà de son ubiquité, et de sa connaissance des principaux dossiers de la Corse d’aujourd’hui, l’une des qualités du chef de file d’Avanzemu est sans doute sa capacité à évoquer sans tergiverser les sujets les plus sensibles qui secouent la mouvance dont il est issu. Concernant la nouvelle organisation clandestine, le flnc Maghju 21, et la tentation que certains pourraient avoir d’une reprise de la lutte armée, il déclare clair et net: “Non, aucun chemin dans cette direction!”. Une prise de position qui peut focaliser l’hostilité de certains, mais lui assure, il le sait aussi, d’autres amitiés et soutiens. Quant à l’implosion de la coalition Pè a Corsica, il la déplore, dénonce la tentation hégémonique de certains et la rupture unilatérale opérée par Femu a Corsica. Il n’hésite pas non plus à pointer du  doigt l’un des dangers présents dans les rangs d’une partie de la représentation nationaliste à l’Assemblée de Corse où selon lui “l’allégeance prend le pas sur la compétence”…S’il lui paraît indispensable d’opérer un retour critique sur le passé récent, il dit toutefois refuser de s’engluer dans des attaques personnelles et des polémiques stériles, et regarder vers l’avenir.

  • Discours de Jean-Christophe Angelini, ce samedi à Corte

Pour préparer cet avenir, si d’autres, comme Corsica Libera, opèrent un recentrage militant, par rapport à leur base et aux fondamentaux de la lutte nationaliste, Avanzemu dit vouloir “extraire des postures idéologiques”, en finir avec “les totems et les vaches sacrées (…) et s’affranchir des pesanteurs en terme de stratégie et de pensée politique héritée du passé”. Il revendique une ouverture grand angle à des personnalités extérieures au monde nationaliste: elles représentent plus de 50% de la liste et vont de la droite à la gauche. L’un des anciens membres de la liste de Jean-Charles Orsucci, Tony Poli, Président de la Communauté de communes Castagniccia Casinca, a ainsi rejoint Avanzemu tout comme le maire de Sartè, Paul Quilichini, étiqueté à droite. Quant au 63e nom de la liste, c’est celui d’un ancien militant nationaliste, chef d’entreprise ajaccien, très présent depuis des années dans les sphères économiques corses: Paul Scaglia. C’est l’ancien Président du tribunal de Commerce d’Aiacciu et du CECS (Conseil économique, social et culturel).

Tony Poli, Paul Quilichini, Paul Scaglia

Au-delà des localités où la mouvance du Pnc s’était ancrée depuis sa fondation, la liste assure avoir une dynamique présente aujourd’hui dans toute la Corse. Dans son viseur: devenir le fer de lance dans la création d’ “une alternative entre le statu quo nationaliste et le Front républicain rejeté aujourd’hui par la majorité des Corses”. Quant à la possibilité d’une union au second tour avec les autres nationalistes, notamment les anciens partenaires de la Coalition Pè a Corsica, le chef de file d’Avanzemu ne se prononce pas pour l’heure sur le sujet, sans toutefois fermer totalement la porte à une telle éventualité, mais il le fait du bout des lèvres. Son objectif aujourd’hui, est de créer la surprise au soir du 1er tour et à partir de là, d’être en mesure de rebattre les cartes. “Avanzemu” est … en ordre de marche.

Laisser un commentaire

Corsica.news

GRATUIT
VOIR