Liste Simeoni: “Fà populu insemi”

Restée secrète jusqu’au bout, la composition de la liste de Gilles Simeoni, le Président de l’Exécutif de l’Assemblée de Corse, a été rendue publique le 16 mai. L’évènement était très attendu, vu la célébrité de la tête de liste et l’importance de son mouvement, Femu a Corsica. C’est le plus puissant aujourd’hui dans l’île. 

La présentation de la liste, qui s’appelle Fa populu inseme, a eu lieu à Corti, un choix commun à toutes les formations nationalistes. Cette localisation renvoie à Pascal Paoli et au rôle historique de la ville, capitale de la Corse indépendante. Hasard du calendrier, le même jour que la liste de Simeoni, le mouvement de Jean-Guy Talamoni, Corsica Libera, était lui aussi à Corti pour présenter ses candidats, mais dans l’après-midi, alors que le rendez-vous de Femu a Corsica  avec la presse était prévu le matin.

 

Les listes de Simeoni et Talamoni ont des intitulés qui se ressemblent, mais si la liste de Corsica Libera appelle à Fà Nazione”, celle de  Simeoni propose de “Fà populu inseme”. Ce sont deux projets plus différents qu’il ne le semble. Le “peuple” est une communauté historique et culturelle, alors que la “nation” renvoie davantage à une entité d’ordre politique, apparue dans sa conception moderne au XVIIIe siècle, en l’occurrence en Corse avec Pascal Paoli. Le nom de la liste de Corsica Libera met en exergue cette dimension de construction politique et institutionnelle, qui peut prendre la forme de l’autonomie ou de l’indépendance. Le nom de la liste de Simeoni met davantage l’accent sur les dynamiques sociales et culturelles qui doivent aider à construire une Communauté, pas seulement “de sang”, comme le suggère le mot inseme, ensemble.”

  •  Reportage d’Anne-Marie Leccia, suivi de l’interview de Gilles Simeoni, sur l’Antenne de Via Stella

Au-delà du discours, le profil de la liste de Simeoni est très différent lui aussi, par rapport à celle de Talamoni, recentrée sur les militants, pas sur les “candidants d’ouverture”. 

Parmi les personnalités qui apparaissent cette année dans les rangs des colistiers de Simeoni, on dénombre Alex Vinciguerra, le Président de la Cadec, Louis Pozzo di Borgo, Président de la Cab, Noël Dominique Livrelli, Président de l’Interco du Celavu-Prunelli, et de nombreux maires de Haute Corse en dehors de sudistes comme Paul-Jo Caitucol maire d’Argiusta, et Antoine Peraldi maire de Currà.

Alex Vinciguerra, Louis Pozzo di Borgo, Noël Dominique Livrelli, Paul-Jo Caitucoli è Antoine Peraldi

La présence de ces candidats d’ouverture institue une ressemblance très grande, dans leur composition, entre la liste de Simeoni et celle de Jean-Christophe Angelini,  par rapport aux deux autres listes nationalistes, principalement composées de militants, qu’il s’agisse de celle de Corsica Libera comme de celle de Core in Fronte.

Aujourd’hui, Gilles Simeoni veut en finir avec les polémiques liées à l’implosion de la coalition Pè a Corsica. Il souligne le fait que pour les Nationalistes, le seul adversaire véritable, dans ces élections,  c’est celui de la droite.

L’objectif du leader de Fà Populu inseme, cest un vote massif pour sa liste, dès le premier tour, qui lui donnerait une assise décisive. Son audience semble incontestable, mais pourrait être écornée par la désunion nationaliste et une hausse du vote en faveur de la droite réunifiée. 

Laisser un commentaire

Corsica.news

GRATUIT
VOIR